Prise en main de Africa Bible Commentary

Puisque je viens de faire quelques remarques sur le nouveau Nouveau Testament commenté (NTC), et que j’ai déploré l’approche occidento-centrique, c’est l’occasion de dire quelques mots sur l’Africa Bible Commentary1, que je voulais feuilleter depuis un moment.

L’ABC présente une « exégèse et explication de la Bible entière vue à travers les yeux des chercheur Africains qui respectent l’intégrité du texte et utilisent des proverbes, métaphores et histoires africaines pour le faire parler aux croyants africains des villages et villes du continent. » (p.ix) Le but est d’être fidèle au texte, c’est à dire à son contexte « aux temps bibliques, et aujourd’hui ». Il y a là une intuition africaine très forte et très riche: là Bible n’appartient pas qu’au passé2.

Quelques remarques en vrac:

  • Les introductions sont courtes, et — comme dans le NTC — ne font pas justice à la complexité des positions.
  • Chaque introduction présente des « Leçons pour l’Afrique » tirées du livre. Cela montre toute la différence entre l’éthos qui se veut détaché du NTC, et les auteurs engagés de l’ABC. Pour rappel, scientificité n’implique pas désengagement, au contraire3. Les commentaires continuent dans cette optique: remarques historiques, textuelles, mais aussi théologiques et pratiques. C’est tellement plus agréable de lire un commentaire d’un auteur qui se mouille (même si l’on est pas d’accord), plutôt que d’un qui a les pieds dans l’eau mais prétend être sec.
  • Les commentateurs n’hésitent pas à faire des liens entre les différents livres bibliques. Les exégètes critiques sont frileux à ce sujet puisque leur tradition est construite — à raison — sur l’opposition à une lecture beaucoup trop harmonisante des différences. Je pense tout de même que la tradition critique va trop loin: cela ne sert à rien de relever les différences entre différents livres bibliques si c’est pour ne rien en faire.
  • Le livre se vend à un prix très abordable (environ 35CHF), puisqu’il s’agit de pouvoir le mettre dans les mains des pasteurs africains. Bel effort!
  • J’ai reproché au NTC de négliger l’histoire de l’interprétation. D’une certaine manière, l’ABC le fait aussi. D’une certaine manière seulement, puisqu’il y a quelques remarques sur les grandes tendances d’interprétation (« nous avons souvent lu uniquement cet aspect, il faut aussi voir que … »), et une page de ressources sur le web propose des liens vers toutes sortes de commentaires accessibles, dont de Calvin, Luther et Wesley. C’est déjà ça.

Au final, l’ABC est un commentaire très instructif. Certes, les positions ne sont pas toujours celles des « consensus » historico-critiques, et le contexte africain n’est pas celui d’Europe. Il propose pour autant une lecture riche et stimulante, qui nous décentre un peu de nos préoccupations. Et pour le coup, on en a pour son argent !


  1. Africa Bible Commentary, A One-Volume Commentary Written by 70 African Scholars, Tokunboh Adeyemo (gen.éd.), Zondervan, 2010, 1586p.
  2. Et dans le présent, le sens de la Bible n’appartient pas qu’aux « experts », mais aussi aux « lecteurs ordinaires » ou « non-académiques », qui la lisent et y trouvent du sens pour leur vie. Le rôle des « experts » est alors non seulement de mettre en lumière comment la Bible fut écrite et reçue dans son contexte, mais comment elle est utilisée et reçue aujourd’hui, ce qui ne peut se faire que dans une approche dialogale entre « lecteurs instruits » et « lecteurs ordinaires ». Pour un introduction à cette approche, voire par exemple Gerald O. West, Reading Other-Wise: Socially Engaged Biblical Scholars Reading With Their Local Communities, SBL, 2007.
  3. Plus sur ce thème et sur ce blog, bientôt.

Leave a Reply